Tabac et santé

La première cause évitable de décès

 

Globalement, un fumeur sur deux décèdera d’une maladie liée à son tabagisme.

La consommation de tabac est également associée à la survenue d’un grand nombre de maladies.

Si le cancer broncho-pulmonaire est l’une des premières maladies pour lesquelles un lien causal avec la consommation de tabac a été démontré, de nombreuses études ont confirmé depuis lors l’implication du tabac dans le développement d’un nombre important de cancers : cancers des voies aéro-digestives supérieures (cavité buccale et pharynx, larynx et oesophage en association avec l’alcool), cancer de la vessie, du rein, du col de l’utérus, du pancréas, de l’estomac, du foie, leucémie myéloïde aiguë et cancer du sein.

Le tabagisme est également impliqué dans la survenue d’un grand nombre de pathologies cardiovasculaires : coronaropathies, artériopathie oblitérante des membres inférieurs et accidents vasculaires cérébraux principalement, mais aussi mort subite, insuffisance cardiaque et anévrisme de l’aorte abdominale.

Les broncho-pneumopathies chroniques obstructives (BPCO) constituent la complication respiratoire la plus fréquente du tabagisme.

Toutefois, ceux qui consomment du tabac ne sont pas les seuls à être exposés à ses effets néfastes. Des millions d’individus, y compris la moitié des enfants dans le monde, sont exposés à la fumée de tabac secondaire, également connue sous le nom de tabagisme passif. Il existe des preuves concluantes d’une relation entre le tabagisme passif et un risque accru de maladies cardiovasculaires, de cancer du poumon et d’autres cancers, d’asthme et autres maladies respiratoires chez les adultes, et d’asthme et autres maladies respiratoires, d’otite infectieuse et du syndrome de mort subite du nourrisson chez les enfants.

Dernière modification le 30 décembre 2011

Imprimer